Les mots pour dire le chaos centrafricain

Le récit médiatique d’un conflit sert bien entendu à informer les citoyens, en premier lieu. Mais pour informer, il faut mettre de l’ordre et le récit de la guerre a aussi cette fonction : ordonner un réel chaotique.

Les médias se trouvent alors confrontés à de multiples interrogations : il faut choisir un point de vue, décider en fonction de l’actualité d’aborder le sujet sous son angle militaire et opérationnel, sous ses aspects humanitaires et sanitaires, avec sa dimension politique et géopolitique et, sur l’ensemble de ces sujets, utiliser des codes que comprendront le lecteur, le téléspectateur et l’auditeur.

Le fabricant du récit fait appel à ses propres représentations de la guerre, faites de références plus ou moins récentes, de souvenirs des conflits antérieurs proches ou semblables. Il se plie aussi à ce que son public peut comprendre, en choisissant des mots dont il sait qu’ils seront reçus et compris. Plus la réalité à raconter est chaotique, plus le besoin de ces codes communs se fait ressentir.

Ainsi s’explique en partie les grandes tendances du récit en cours sur la situation centrafricaine devenue inextricable. Pour saisir l’immense complexité de ce qui se déroule sur cette terre, les uns et les autres font appel à des références communes, plus ou moins heureuses.

Le premier symptôme est le recours à des catégories sémantiques connues pour décrire la situation humanitaire. Dans Le Monde, le 11 février, Rémy Ourdan a écrit « La Centrafrique est en train de vivre la pire ‘’purification ethnique’’ de son histoire ». Les guillemets encadrant les mots de « purification ethnique » disent sa circonspection à utiliser ces termes chocs. Donatella  Rovera, d’Amnesty international, a eu moins d’hésitation en concluant au « nettoyage ethnique » en cours contre les populations musulmanes.

Ses propos ont été abondamment relayés par les médias. Beaucoup plus que ne l’a été le rapport publié à quelques jours d’intervalle par Médecins sans frontière dont le travail pourtant bien réel sur place est salué par des journalistes qui reviennent de Centrafrique. La réalité décrite n’y est pas moins terrible que celle constatée par Donatella Rovera. Cependant, les mots chocs de nettoyage ou d’épuration ethnique ne sont pas employés.

Bien sûr, le recours à ces termes est un outil de mobilisation médiatique. Mais, alors que la situation centrafricaine ne se laisse pas saisir par un récit structuré, leur succès vient aussi de ce besoin d’ordonner et ranger les faits dans des catégories intelligibles. Il n’est bien entendu pas question de nier le drame qui se joue pour les populations musulmanes de Centrafrique. Il faut cependant avoir conscience du sentiment d’injustice que peuvent ressentir ceux qui, en Centrafrique, ont vécu les exactions des Sélékas il y a quelques mois sans que les caméras ne soient braquées sur le drame qu’ils vivaient et qui étaient pourtant bien identifié (les rapports de Human Rights Watch en témoignent).

Les catégories sémantiques du nettoyage et de l’épuration ethnique sont à double tranchant : elles sont utiles pour attirer l’attention des acteurs internationaux et constituent des outils d’analyse précieux ; mais leur traitement médiatique à chaud produit aussi des effacements mémoriels, un écrasement la perception de moyen et long terme du conflit, une inhibition du dialogue rationnel.

Le second symptôme de cette recherche de référence est la comparaison faite avec le conflit rwandais. Elle est légitime pour une part et le procès en cours de Pascal Simbikangwa y contribue évidemment. Mais la référence répétée à l’envie n’est évidemment pas sans conséquence dans l’image du conflit en Centrafrique que les Français se construisent ; même si, pour l’instant rares sont ceux qui convoquent le mot « génocide » pour décrire ce nouveau conflit, la référence rwandaise diffuse cette idée comme un possible horizon apocalyptique.

La comparaison a aussi des conséquences sur l’image des troupes françaises de Sangaris. Les souvenirs de l’opération Turquoise au Rwanda demeurent une blessure ouverte pour l’armée française. Quoique l’on pense du rôle de la force Turquoise dans les années 1990, un soupçon demeure inscrit dans la mémoire française. Ceux qui se réfèrent au Rwanda introduisent dans le récit centrafricain l’hypothèse d’une force française passive voire complice des exactions commises bien que rien ne vienne confirmer une telle éventualité.

Il serait plus heureux, et plus respectueux envers les victimes de ce conflit, de se référer à l’histoire de la Centrafrique elle-même et aux opérations qui y ont déjà été menées par l’armée française. Elles sont peu connues mais des outils existent. Cette histoire là cependant ne rencontrerait que peu d’écho dans les représentations que les Français se font des conflits africains. Alors le Rwanda demeure la référence principale. Au risque de nier les spécificités proprement centrafricaines de la situation.

Source

Avez-vous également lu ? ...